Diaspora : Les Ewoks contre Facebook ou la fin de l’empire ?

Article co-écrit par mouss et flo:

Aujourd’hui flo et moi même on voulait présenter un projet qui personnellement me fait doucement rire et qui j’en suis persuadé fait frétiller flo. Le principe de cette  co-écriture est qu’il n’y a aucune concertation au préalable de notre part et que l’un introduit le sujet et l’autre le conclura. ( freestylage cordial donc )

Diaspora … mais qu’est ce c’est ?!!!

Et bien en deux mots: c’est un réseau social qui va être lancé le 15 septembre, dans le but ultime de détrôner Facebook … Son arme : “On te promet qu’on te choppera pas tes données privées”.

4 anciens Bisournours qui se sont reconvertis dans l’informatique, et qui ont décidé de créer un réseau social pour un avenir meilleur…

J’adore le concept! mais malheureusement, j’ai un peu du mal à y croire … Je suis persuadé que ce projet utopique va faire couler beaucoup d’encre, mais qu’il ne détrônera jamais un Facebook enraciné sur la toile avec ses 500 millions de membres. J’aimerai beaucoup me tromper, mais je sens qu’à part flo, moi et peut être deux trois de nos lecteurs :), je ne suis pas persuadé que le projet va déplacer les foules. Tant que les élites mondiales ne feront pas le déplacement, je pense que la masse ne suivra pas (piqure de rappel : Facebook ancien réseau d’Harvard). Je ne vois pas trop les élites mondiales suivre 4 Bisournours… Il y aura les early adopters que nous sommes, mais je suis pas sur que NOUS LES GEEKS, nous feront déplacer les foules 🙂

Le concept des données privées n’est pas assez impactant, je pense que les gens en ont conscience mais cela fait partie du prix à payer pour ce service gratuit qu’est Facebook.

Je ne veux pas trop relancer le débat sur Mark Zuckerberg (fondateur de Facebook) est il le diable? mais je ne vois pas pourquoi les gens partiraient de Facebook alors qu’il y a …  Facebook ? L’engouement pour la plateforme est totale, je compte sur les doigts d’une main les connaissances de ma génération et qui n’ont pas Facebook. 55 minutes en moyenne par jour pour chaque membre Facebook… mais sortez les gens ! Courrez nu avec des papillons! Faites des articles de blog jusqu’à 23h30 🙂

Enfin bref, le véritable intérêt de ce projet est qu’il y aura enfin un acteur potentiel et crédible pour tirer les oreilles de Mark Zuckerberg, s’il continue de faire joujou avec nos données privées, les boutons “j’aime” et sa dernière ineptie en date : Facebook places. Attention, calotte sur ta bouche ! Je pense que le projet DIASPORA va recadrer Facebook, lui faire prendre en compte le concept des “données privées” et l’obliger à lâcher du lest dans sa politique. Je ne les vois pas non plus ouvrir leur code source, mais au moins prendre conscience qu’ils sont aller un peu trop loin et rectifier le tir.

Ce que j’aime beaucoup dans ce projet, c’est qu’ils ont quand même fait une petite Page Fan sur Facebook pour le style en expliquant : “Rejoignez Diaspora, on va tuer Facebook !!” je like direct.

En tout cas, le 15 septembre à 00h01, je m’inscris direct sur Diaspora \o/ pourvu qu’il ne fasse pas comme France.fr 🙂

Et, quel est donc le véritable intérêt de ce réseau ? … alors qu’ils ne demandaient que 10 000 dollars pour le projet, ils ont en eu plus de 200 000 ? Pourquoi il y a t il un tel engouement autour de ce projet ? vas y flo relèves le débat \o/ on veut ton point de vue.

</Mouss>

<Florian>

Je vois que Mouss a un point de vu très tranché sur l’avenir de Diaspora : c’est mort. Je suis loin d’être d’accord.
Je vais tout d’abord remettre en perspective ce que vous venez de lire avant de vous exposer mon opinion.

Contexte

“La vérité, rien que la vérité” :

  1. Tout d’abord un petit rappel ce qu’est Internet (à ce propos, la conférence de Benjamin Bayart sur le sujet est très instructive).
    Internet est par sa conception même un réseau décentralisé. Chaque nœud du réseau, désigné par une adresse IP unique, peut être à la fois émetteur ou récepteur. Chaque ordinateur connecté est donc potentiellement client ou serveur.
    Pour des raisons historiques, un réseau asymétrique a été mis en place pour accéder à Internet. C’est l’ADSL, qui permet bien plus de débit en réception que d’envoi.
    Des nœuds “artificiels” sont donc apparus afin de permettre un accès rapide aux contenus : puisqu’il est très lent de se connecter directement sur l’ordinateur de Mr. X, celui-ci met sa vidéo sur Dailymotion, ses photos sur Flickr, sa vie sur Facebook.Dans le futur, la fibre optique permettra un accès ultra rapide et fiable à Internet, mais il sera surtout symétrique. Ce qui me permettra un démocratisation de services auto-hébergés. En gros, la crétin-box deviendra un serveur sur laquelle seront stockés les données des utilisateurs. Bien entendu, ce n’est qu’une possibilité, et ce n’est pas pour cela que tout le monde va se ruer sur cette solution.
  2. Ensuite j’aimerai exposer les raisons pour lesquelles Facebook doit être remplacé :- Facebook nous a trahis ! Cette évidence me saute personnellement aux yeux. Au début, Facebook c’était un endroit cool où je pouvais partager avec mes amis.
    Puis
    le site s’est démocratisé, il est devenu le refuge de tous les kikoo lol de la Terre qui ont créés des groupes plus kikoo lol les uns que les autres. Il nous a suffit de les ignorer.
    Puis
    il y a eu les agressions des applications, au top desquelles paf le chien et mafia. Ça craignait un peu mais bon, il suffisait de les bloquer.
    Puis
    Facebook a progressivement changé ses conditions d’utilisation, en les complexifiant délibérément, sans que l’utilisateur ai son mot à dire, off course. Et là nos données auparavant privée se sont retrouvée publiques !
    Rien n’illustre mieux cette évolution que les deux graphiques suivants, sur lesquels on peut voir les données publiques VS privées, sans réglage avancé (ce qui représente la situation de l’immense majorité des utilisateurs) :(documents utilisés sous licence Creative Commons BY-SA. Source : Matt McKeon)

    – Le constat est on ne peut plus clair :  Facebook s’est clairement mis à “se foutre de notre gueule“.
    Le contrat moral “je partage avec mes amis et j’accepte de la publicité” est rompu et s’est transformé en “je partage avec le Monde entier sans le savoir, j’accepte de la publicité et que mes données soient transmises aux partenaires commerciaux et aux sites externes.” Ce qui commence à faire beaucoup.- Facebook ne crois plus en la vie privée. Mark Zuckerberg l’a affirmé à plusieurs reprises : d’après lui, “les gens sont désormais à l’aise avec l’idée de partager plus d’informations différentes, de manière plus ouverte et avec plus d’internautes. (…) La norme sociale a évolué.”
    Je suis en complet désaccord avec cette affirmation. D’après moi, Internet permet pour le grand public deux activités bien distinctes :

    • avoir une vie publique, ce qui n’était pas simplement réalisable auparavant
    • le rapprochement et le partage avec ses proches, l’intensification de la vie privée

    Mais croire que je vais partager toutes les données de ma vie avec l’ensemble du web (car c’est bien ce dont il est question) est une profonde erreur. Je l’ai déjà dit et je le réaffirme, l’internaute a besoin, comme dans la vraie vie, d’espaces privés, semi-privés et publics. Mais en aucun cas que ses espaces privés deviennent publics …
    La maitrise des nouveaux outils prend du temps, Facebook profite pour l’instant de l’ignorance collective, mais l’outil devra s’adapter aux usages, sur le long terme.

    – Pour finir, Facebook doit être remplacé car il veut remplacer Internet.

    • d’un coté, il est possible d’importer à peu près n’importe quoi déjà présent sur le web à l’intérieur du réseau social, et de l’enrichir par la suite
    • d’un autre coté, Facebook veut être présent partout sur le web, aujourd’hui grâce à Open Graph, demain à travers une gestion d’identité universelle et centralisée

    Le réseau social veut phagocyter Internet par ces deux approches, remplacer Internet. Un Internet Facebook® en quelque sorte.

Et Diaspora dans tout ça ?

Les amoureux d’Internet se disent donc qu’il est plus que temps de trouver une alternative afin de le garder libre et ouvert.

Diaspora arrive donc à point nommé pour
1) prendre de la distance avec Facebook
2) bâtir un véritable web décentralisé.

Pourquoi je crois en Diaspora

  • il arrive au bon moment : Facebook connait une crise de confiance
  • le projet est soutenu financièrement, moralement et concrètement par de nombreuses personnes, notamment la communauté du Libre. 4 bizounours inexpérimentés avec le soutient d’une communauté ont tout à fait la capacité de renverser Facebook (Mark Zuckerberg était avec un seul ami quand il a créé Facebook)
  • le code est libre (licence AGPL) : passée une taille critique, le développement promet d’être rapide, porté par une communauté, avec de nombreux plugins
  • c’est le bon produit : il est respectueux de la vie privée (cryptage GPG), décentralisé (vrai contrôle des données), basé sur des protocoles libres et matures : Open ID, Ostatus, XMPP, bitTorrent …
  • il peut agréger les comptes des autre réseaux sociaux, pour une transition (cohabitation ?) en douceur
  • un service freemium sera proposé à moyen terme, du type wordpress.com. Les débutants ne seront donc pas obligés de l’installer sur leur serveur 😉

Et pourquoi cela va être dur

  • comme l’a dit Mouss, Facebook c’est 500 millions d’utilisateurs, dont un bon nombre est assidu et passe du temps sur le site (la force d’inertie est particulièrement importante dans le monde informatique)
  • Facebook c’est aussi une omniprésence médiatique, une marque forte dans l’esprit des internautes en général et des Français en particulier (les apéros Facebook n’ont pas échappés à l’auditeur assidu du JT de TF1)
  • les avantages de Diaspora ne sont pour l’instant pas évidents pour le grand public : le concept de cryptage n’est par exemple pas familier à tout un chacun. Il faudra encore quelques années et scandales de licenciement pour que l’internaute se rende compte qu’il ne contrôle pas ses données
  • Facebook dispose d’une force de frappe très importante et parvient pour l’instant à innover sans cesse

Pourquoi le succès de Diaspora est sans importance

Mon pronostic est que de nombreuses personnes seront déçues à la sortie de Diapora dans 7 jours. L’équipe de développement a déjà annoncée suivre le classique précepte release early, release often. Cela ne sera donc qu’un Facebook amoindri car la v1.0 n’est que le début du projet. Il faudra juger sur le plus long terme, l’adoption risque de se jouer avant tout sur la facilité d’utilisation et de transition.

Finalement, le succès de Diaspora est relativement sans importance. Le mouvement de fond est lancé, des projets parallèles existent déjà (MOVIM, Gnu Social, ...) et seront sûrement interopérables. Le code développé est réutilisable en cas d’échec ou de fork. C’est donc une course générale pour inventer le réseau social de demain, celui qui détrônera le réseau de Mark Zuckerberg, comme celui-ci l’a déjà fait avec My Space.

Finalement, que Facebook garde son leadership ou non, il est important que des alternatives existent, ne serait-ce que pour qu’Internet ne devienne pas l’Internet by Facebook® qui prend forme aujourd’hui.