Le SMO au service du référencement image

Alors, après avoir positionné mon site-cv sur “cv web marketing” (en 2010).

Je me suis dit, comment pourrir un peu plus le web de ma présence ?

Nan plus sérieusement, j’ai voulu analyser la puissance des différentes plateformes sociales de partage de photos pour en calculer l’impact sur le référencement des images. D’où le titre de cet article : “Le SMO au service du référencement image”

Je me suis d’abord renseigné sur les différentes plateformes d’images :

– Picasa : le copaing de Google qui propose de partager ses photos avec une simple adresse gmail… mais qui n’est pas spécialement performant pour le référencement image… J’ai pu le vérifier en recherchant des photos hébergées par Picasa sur le web … (les photos Picasa ressortent mal). En analysant les pages où sont hébergées les photos on comprend que c’est en fait logique :

Sur Picasa, c’est le nom du dossier qui fait office de title de la page et le titre de l’image n’est pas mis en évidence pour les moteurs de recherches car il est entouré des informations sur la photo :

Informations sur la photo
Chargement…
14 avr. 2008
1034×693 pixels – 189 Ko
Nom de fichier: CARIBE 2008 1103.jpg
Caméra/Appareil photo: SONY
Modèle: DSC-R1
ISO: 160
Exposition: 1/400 s
Ouverture: 8.0
Longueur focale: 31.3mm
Avec flash: Non
Latitude: ND
Longitude: ND

On ne peut pas réécrire l’url de la photo, pas de title adapté, pas de description… Sachant que le moteur de recherche Google ne peut pas encore reconnaitre les formes ou les nuances de couleurs, c’est avant tout la description et le nom de la photo qui vont permettre son indexation.  Bizarre, de ne pas avoir adapté cela lorsqu’ils ont racheté Picasa … Mais bon, les cordonniers sont souvent les plus mal chaussés. D’ailleurs  Picasa, mais aussi Youtube sont des sites n’ayant pas de sitelinks, ce qui prouve que la lecture de leur contenu n’est pas optimisé pour les moteurs de recherches… contrairement à Nouslesgeeks ^^

Apprécions d’ailleurs la nullité de ces sitelinks, qu’il va falloir adapter. Enfin, pour en revenir à Picasa, je ne l’ai donc pas testé.

– Smugmug : qui est payant et que donc je ne découvrirai pas …

– Fotolog : qui te permet de te faire des amis dans le monde en partageant des photos, via FB connect …

– Photopedia : l’encyclopédie collaborative de photos …

– Et Flickr la plateforme partenaire de yahoo dont tout le monde vante  les mérites en terme de référencement image sur la toile… Je me suis donc concentré sur cette plateforme pour en vérifier l’impact.

Je me suis donc créé une adresse yahoo et me suis connecté à Flickr pour faire mon profil et y partager mes photos :

Profil du mouss :

http://www.flickr.com/photos/alexandre-moussier/

J’ai donc le plus possible décrit les photos, rajouter mes propres commentaires, les ai géolocalisées, rajouter des tags, un titre une description, rejoins des groupes, ajouter des amis … (1 seul, … n’ hésitez pas d’ailleurs si vous voulez être ami avec moi sur flipper le dauphin)

Quels sont les résultats ?

Et donc oui ça marche plutôt pas mal \o/

En analysant, on comprend rapidement pourquoi.

Bien qu’il n’y ait pas la possibilité d’adapter le titre de l’url de l’image, beaucoup de  paramètres propres au bon référencement d’une image sont pris en compte :

Le title de la page est le titre de l’image tout comme le h1, un meta keywords qui sert plus à grand chose, mais qui fait toujours plaisir, d’autant plus qu’il est repris dans le body en entourant l’image. Une méta description qui est la description de l’image reprise dans le body.

Et là, vous me dites bravo, t’as encore spammé le web, mais concrètement ça sert à quoi ?

Et bien ça sert à pleins de choses :

Par exemple, lorsqu’on tape votre nom et prénom sur Google Image, on tombera sur des photos que vous aurez optimisées pour sortir sur votre nom et prénom, des photos que vous aurez choisies.

Le but est ainsi d’éviter que lorsque l’on tape votre nom et prénom, on ne tombe sur une photo de vous déguisé en méga robot de la mort qui tue la vie, pour la soirée “robotic on fire” de votre association de robotique … Je ne vise personne …

Vu que cette photo représente 90% du trafic du site de votre association, vous avez bien sur très mauvaise conscience de vouloir la retirer. Vous n’avez plus qu’à la noyer avec une bonne petite stratégie de flooding des nettoyeurs du net

Plus sérieusement, l’intérêt de maitriser les images indexées sur les moteurs de recherches est tout à fait évidente : Donner l’image que l’on veut montrer de soi aux internautes.

Aussi, que ce soit en référencement naturel ou en référencement image, avoir le contrôle des 10 premiers résultats de sa recherche de nom et prénom permet d’avoir la main mise sur son identité numérique, mais aussi des résultats déjà en place, (un peu) difficile à dé-positionner si l’on en venait à attaquer votre e-réputation.