Comment fonctionne GooglePlus ?

Article publié initialement le 1 juillet 2011 sur Nouslesgeeks.fr Auteur : Pierre Toulemonde Voilà maintenant un mois pile, à quelques jours près, que j’ai promis à Mouss d’écrire un article que je réserverais à NousLesGeeks. Faute de sujets vraiment passionnants à traiter, je préférais pourrir mon propre blog plutôt qu’un blog à réelle valeur ajoutée comme celui-ci. [Note de Mouss : oh bah ça c’est gentil]

Mais voilà qu’après quelques mois d’une actualité web étouffée par des révolutions printanières et des fornications politiques, Google me sauve de mon désarroi et m’offre enfin l’opportunité d’un article intéressant!

Sur Twitter : @pierre_tlm

Et comme à son habitude, Google nous rappelle qu’il n’est pas nécessaire de chercher très loin pour trouver le nom d’un produit plutôt léché, ou plus exactement d’un “projet”: Google +


Alors, Google +, qu’est-ce que c’est?

Dans un monde où Google et Facebook sont un peu les Simon & Garfunkel du web, Google + serait un peu la tentative de carrière solo de Paul Simon (Google) sur les réseaux sociaux qui, comme tout le monde le sait, sont les plates-bandes réservées d’Art Garfunkel (Facebook). Ces parenthèses étaient-elles bien nécessaires?

[Note de Mouss : oui et drôles en plus (et sinon,  j’ai mis mes screenshots, pour étoffer un peu l’article pour ceux qui n’ont pas encore reçu les invits… mmmhaha ]

Il faut dire que jusque là, Google n’a pas vraiment eu de chance en ce qui concerne ses projets “Sociaux”. Google Wave que les plus Googleux évoquent avec une nostalgie empreinte de mauvaise foi comme “trop en avance pour des internautes pas prêts à une telle révolution” reste un flop d’autant plus retentissant que le teasing était important. Jaiku, une sorte de petit batard entre Facebook et Twitter, n’est pas vraiment connu du grand public et le bouton +1 a du mal à sortir de l’ombre du Like de Facebook. “Même si ça n’a rien à voir!”  -m’empresse-je de préciser alors que les Googlers montrent déjà les crocs.

Mais assez d’introduction, passons à ce qui vous intéresse tous: “Google +, Top ou Flop?” pour reprendre la terminologie d’un magasine people a très forte valeur à jeter.

Le Grand Principe: Les Cercles

Dans Google +, la grande innovation concerne ces fameux cercles de connaissances. Google semble pour cela s’être inspiré du bouquin “Social Circles” d’un ancien employé Google, Paul Adams, qui bosse maintenant chez Facebook  (Ah! Tiens?!). En gros, l’utilisation des Cercles de Google + revient à assumer que vous êtes un peu sélectif dans la relation que vous entretenez avec vos proches et vos moins proches. Google nous propose donc le premier réseau social a avoir intégré le fait que je parle de geekeries à mes geeks, de “Pamela le 95D” à mes potes du Tunning Club de Calais, de Maison de Repos à mes parents et du docteur Dukan à ma copine – et que les sujets d’un cercle n’intéressent pas forcément les membres d’un autre cercle.

Donc plutôt que d’avoir tous ces membres et leurs publications réunis en un seul endroit (mon Wall Facebook par exemple), j’aurai plusieurs lieux de discussions et d’échanges auxquels je pourrai participer en fonction de mon état d’esprit: Si je veux me vider la tête avec mes potes de tunning ou si je veux me la prendre avec ma copine. Magique!

“Waouh! C’est merveilleux! Ah! Chez Google, ils savent innover! Ah ça!” Oui… Bon… On est tous d’accord, c’est pas aussi révolutionnaire que ce que nous proposait Google Wave (Ahahah! Ahah! Ah! Ah… bon…) mais c’est peut être ce qui peut lui éviter le même destin justement: on sait comment ça marche avant même de l’utiliser.

Et pour cause, ça existe déjà sur Facebook! Ouais. Mais Facebook ne fait pas vraiment dans la simplicité: entre les listes de diffusions restrictives, les groupes Publics/Privés/Secrets, etc. On a vite fait de s’y perdre. Et les notifications n’apparaissent toujours qu’en un seul et unique endroit quelqu’en soit l’objet ou le groupe.

Google montre clairement du doigt la complexité de Facebook et propose un réseau social qui se veut plus organisé, plus intime. De plus, l’interface de Google + fait passer Facebook pour un site à la limite du vieillot (Ah! Le Click and Drop! La classe!)… et ce n’est que le début!

HangOuts: Se retrouver en tête à tête… à tête à tête à tête à tête…

A l’heure où Skype galère gentiment avec la visioconférence et où Facebook se contente de remodeler un tchat qui nous rappelle le AIM de la première heure, Google + ajoute vraiment son petit grain de talent concernant la visioconférence. HangOuts, ou Vidéo-bulles pour nos amis les Franco-français, nous permet de profiter pleinement de notre Haut-Débit (Autant se le dire tout de suite, ce n’est pas avec son petit modem 56K que l’on peut s’attendre à utiliser pleinement cette option!). Google + propose en effet la vidéoconférence jusqu’à 10 contacts , pour renforcer cette impression d’être “autour de la table”.

Visuellement, HangOuts est très bien fait, rien à voir avec Gtalk, ou même les autres interfaces des produits Google: on retrouve des visuels à la mode HTML5, d’jeuns et modernes… on sent bien que Google + veut nous faire oublier les jolis vieux bleus de Facebook.

Donc HangOuts, Techniquement et visuellement: impec!

Reste encore que sur le principe, je me demande si la visioconférence jusqu’à 10 membres est une super idée: 10 écrans à regarder, 10 personnes à écouter… Ca sent la cacophonie déconseillée aux épileptiques!

Déclics: La veille paresseuse

Autre pied de nez à Facebook: Google intègre enfin, et de manière radicale, les flux RSS à son Réseau social.

Quand vous naviguiez de sites en sites pour trouver des articles intéressants à poster sur Facebook (parce que tout ce vous postez sur Facebook est intéressant, je n’en doute pas), Google + se charge de faire cela pour vous, en fonction des thèmes qui vous intéressent!

Vous retrouvez ces flux dans l’onglet “Déclics” de Google +, ils sont bien sûr organisés par thèmes. Il ne vous reste plus qu’à sélectionner les articles vraiment intéressants que vous souhaitez partager avec l’un ou l’autre de vos cercles. Google prend ses utilisateurs pour de bon gros paresseux… et il a tout à fait raison!

Là encore, le service est très bien réalisé. Mais je ne pense pas que ce soit une réelle menace pour Facebook à ce niveau là: Les coups de cœurs, cocasseries, lolcats et autres Rebecca Black continueront à fleurir sur Facebook tandis que Google + fera un peu office de premier de la classe avec des articles plus profonds sur des sujets qui nous intéressent vu qu’issus d’une veille “automatique” et préétablie.

Mais ne vous en fait pas, il est toujours possible de poster des conneries sur Google + et de pourrir vos contacts de vidéos “tro lol”. Les joies d’internet.

L’incontournable: L’application mobile

Si Google + ne révolutionne pas de fond en comble le web social, on sent le gros carton venir lorsqu’on se penche sur l’application mobile de Google +!

http://www.google.com/mobile/+/

L’application mobile est pour ainsi dire CANON !

Je ne vous en proposerai qu’un aperçu parce que je n’ai pas encore pu vraiment en profiter pour d’obscures raisons! Passons vite fait le “Stream” qui regroupe toutes les publications vous concernant et qui peut être rapidement saturé. Un cousin proche de ce que vous pouvez expérimenter avec Facebook.

Le premier aspect intéressant concerne le Huddle: Le Huddle regroupe toutes les discussions engagées en tchat avec vos groupes ou vos contacts.

Ca n’a l’air de rien, mais la possibilité d’éclater violemment son lap top contre un mur au milieu d’une discussion sur Google + et de continuer celle-ci sur son Smartphone “à la one again” est quand même assez magique!

L’accès aux Cercles est également disponible depuis l’application ce qui ne gâche rien, mais surtout, la liste des publications est présentée de manière structurée et vraiment lisible, même sur les plus petits des Smartphones (Vive le HTML5 diront certains…). Du caviar pour les yeux (Du… Que… Quoi?!).

Autre chose qui excitera les geeks: “Photos” permet de mettre en ligne instantanément les photos prises depuis son Smartphone… Plutôt sympa non?! Rassurez vous, une fois la configuration faite, celles-ci pourront être seulement uploadées, pas forcément publiées. Vos photos artistiques de fin de soirée pourront rester privées.

Enfin, on retrouve un système de notification très similaire à ce qu’on peut trouver chez Facebook… Rien de phénoménal par là.

Une conclusion en attendant la suite

Malgré toutes ses qualités, une chose est sure: au même titre que Simon ne nous a jamais fait oublier Garfunkel, Google + ne nous fera pas oublier Facebook. Mais Google présente tout de même un projet qui, s’il n’est pas totalement fini, a de sérieux arguments pour justifier les insomnies chroniques des gars de Facebook.

Google + n’a pas grand chose a voir avec Facebook concernant son utilisation. Un petit temps d’adaptation est nécessaire pour comprendre et utiliser les Cercles et, passées les premières petites incompréhensions liées à une utilisation abusive (voire maladive) de Facebook, Google + a de grandes chances de devenir assez addictif.

L’application mobile devrait contribuer fortement à renforcer ce coté addictif de Google +. On ne peut pas dire que Facebook proposait jusque là une application Smartphone (Android pour ma part, je ne sais pas trop pour les iPhones) vraiment satisfaisante.

Google + ne fait pas cette erreur et l’on retrouve toutes les fonctionnalités de Google + sur son mobile et de manière agréable et intuitive. Une petite merveille.

Mais là encore, rien n’assure un avenir correct (sinon un avenir tout court) à Google +.

Comme évoqué plus haut, l’utilisation du service est un peu déroutante et cela ne m’étonnerait pas qu’une bonne partie des squatters de Facebook n’ait pas le courage de passer un minimum de temps à comprendre ce que leur propose Google… Et oui… Le web nous a rendu paresseux!

Pour en revenir à ma superbe métaphore musicale, Simon et Garfunkel ne nous ont jamais autant divertis que lorsqu’ils étaient tous les 2, et je suis persuadé que Facebook et Google + sont à la procrastination ce que Simon & Garfunkel sont à la musique: Divertissants, talentueux mais surtout… complémentaires!

Entre Google, Google +, Google Music, Android et Gmail… Skynet n’a qu’a bien se tenir!

PS: Encore une fois et comme dans tous mes articles, je n’ai pas la prétention d’être exhaustif ou exceptionnellement pointu… Vous pouvez laisser des commentaires pour me remettre dans le droit chemin s’il le faut, je ne le prendrai pas mal, promis!

Vidéographie et Bibliographie:

Hangout http://www.youtube.com/watch?v=QN38vHZjWXw

Mobile http://www.youtube.com/watch?v=N8gvHaX1cwY&feature=relmfu

Circle http://www.youtube.com/watch?v=ocPeAdpe_A8&feature=relmfu

Sparks http://www.youtube.com/watch?v=0DoAl4JXhQo&feature=relmfu