Comment trouver des clients en freelance ?

Hmmmmmh mmmh… Une épineuse question…

Personnellement, ça fait 7 ans que je suis freelance en tant que consultant en communication digitale avec une activité plus ou moins intense par période. J’ai eu une période où j’ai été en mode agence à travailler avec une petite équipe puis actuellement, je suis redevenu seul avec une entreprise en Estonie.

Mais revenons à notre question : Comment trouver ses clients en freelance ?

En premier, je dirais que toutes les actions de prospection ne se valent pas et que la prospection ne doit pas se faire au détriment de votre objectif numéro 1 : maintenir un service de qualité et durable auprès de vos clients les plus rentables.

Personnellement, je me suis d’abord trompé sur mes priorités. J’ai commencé à répondre à toutes les pistes, envoyé des devis dans tous les sens. J’ai perdu beaucoup de temps à échanger avec des prospects qui n’avaient aucune intention de faire appel à mes services. Au bout d’un an, je me suis adapté et je peux voir le potentiel d’un prospect en 10 minutes de conversation téléphonique. Je donne mon tarif horaire directement, j’explique comment je travaille, comment je compte m’y prendre avec son besoin. Si ma proposition orale et mon tarif horaire sont validés, je propose les grandes étapes de mon plan d’action dans un devis par mail et je le relance jusqu’à la signature.

Je ne pense pas être un expert de la vente, mais je pense qu’en étant sincère, transparent sur les résultats potentiels, un bon argumentaire sur le site avec des témoignages, cela est suffisant pour convaincre. Alors, revenons à notre question du jour > comment trouver ses clients en freelance ? Je vous propose ma liste de 10 conseils.

1) Le réseau proche en priorité

Vos anciens collègues, clients et camarades d’études sont les meilleures personnes pour vous recommander dans une mission de freelance. En effet, le lien de confiance existe déjà car ils vous connaissent. Ainsi, la phase de négociation et de mise en œuvre est beaucoup plus courte que les autres actions de prospection.

Dans mon cas, via un e-mail ou un déjeuner, j’ai présenté à mes anciens clients, collègues etc., mon activité d’indépendant. En plus, j’ai expliqué à mes amis, mon activité et j’ai proposé un restaurant à tous ceux qui me feraient travailler ou me mettraient en relation avec un contact qui me ferait travailler.

Avec le recul, mes clients les plus pérennes viennent de mon réseau proche.

2) SEO (le référencement naturel)

Objectivement, ce levier n’est pas fait pour tout le monde, car il nécessite des connaissances techniques. En effet, c’est un travail à part entière que j’ai appris dans mon ancienne agence Brioude Internet. Si vous voulez apprendre ce métier, je vous conseille de commencer par l’excellent livre d’Olivier Andrieu.

Personnellement, je trouve ce levier extrêmement pertinent. Les clients vous trouvent d’eux mêmes. Une fois le travail effectué, vous n’avez presque plus rien à faire. A la belle époque, j’étais en première page sur “community manager freelance” et j’avais 5 à 10 leads par mois.

Aussi, pour vendre un produit comme de la «formation» c’est particulièrement pertinent. En effet, une formation est un besoin ponctuel et si la personne ne demande pas à son réseau de lui recommander quelqu’un, elle recherchera généralement sur Google. De plus, les formations sont généralement non financées par le stagiaire (en France) mais par un organisme de formation, la négociation commerciale est ainsi relativement simple.

Concernant le SEO, j’avais travaillé ce qu’on appelle la longue traîne, une expression qui a peu de recherche mais répond à un besoin très spécifique. Exemple> J’avais positionné une page sur les mots clefs « formation personnalisée aux médias sociaux sur Paris. »

3) Témoigner de votre expertise

C’est ce que je suis en train de faire avec cet article. Dans mon cas, je n’ai que depuis peu axé ma stratégie de communication personnelle la dessus mais en tant que consultant en social media et référencement, c’est généralement un des objectifs que je fixe avec mes clients. De manière sporadique, j’ai participé à des conférences en tant qu’intervenant expert et c’est un excellent moyen pour trouver des clients. Aussi, j’ai proposé des articles à des blogs dédiés à mon métier pour mon linking SEO et j’ai été professeur pendant deux ans à la sorbonne.

Écrire régulièrement des articles de fond sur votre thématique métier est un excellent moyen de devenir référent sur votre sujet. Beaucoup de personnes ont peur de partager leurs connaissances car ils ont peur de se faire “voler”. J’ai envie de dire, c’est tout le mal que je vous souhaite. En effet, si une partie de votre audience “s’inspire” de ce que vous faites pour vous concurrencer, d’autres vont vous prendre en exemple, vont vous relayer, vous citer etc. et indirectement vous ramener des clients.

4) Clubs d’entrepreneurs

Ils vous permettent de vous associer à d’autres freelances, de partager vos contacts dans leurs domaines afin qu’ils puissent faire de même dans le vôtre. L’adhésion à un club est généralement payante. Il est intéressant de trouver un club dont vous êtes le seul expert dans votre thématique. Outre le réseautage, un club d’entrepreneurs peut également vous assister sur vos problématiques d’entreprenariat.

5) Salons, meetup, conférences, etc.

Personnellement, j’ai fait plusieurs événements au début de mon activité d’indépendant en allant à la rencontre des gens dans les salons, conférences, meetup etc., en leur demandant ce qu’ils faisaient et en me présentant en retour. J’ai trouvé une agence qui m’a fait travailler sur un audit après plusieurs semaines de discussion.

Si vous trouvez un terrain d’entente, vous pouvez échanger vos contacts et cela peut conduire à une mission. C’est un peu au culot, mais ça marche.

6) Commercial

Si la négociation commerciale est votre ennemi juré, il existe de nombreuses façons de l’éviter. Par exemple, vous pouvez utiliser un vendeur indépendant ou une entreprise qui place des freelances (exemple > https://www.freeandise.fr/.) Vous expliquez ce que vous faites et ils sont responsables de vous vendre en prenant une commission négociée à l’avance.

Personnellement, j’avais fait un partenariat avec Jérôme Petit (apporteur d’affaires). Il m’apporte des clients et se prend une commission sur la vente.

7) Plateformes d’indépendants

malt.fr, codeur.com, upwork, 404works, fiverr, freelance.com etc.). Vous vous inscrivez sur ces sites Web, présentez votre activité d’indépendant, votre tarif et c’est parti. Personnellement, je n’ai jamais rien signé sur ce genre de plateformes. Je pense que la concurrence est assez rude et tire les tarifs vers le bas. Le plus gros problème de ce type de plateforme est que vous gagnez en visibilité dès l’instant où vous avez vos premières recommandations et pour avoir vos premiers recommandations, il faut un peu accepter ce qu’il se présente.

Pour commencer ça peut être une bonne idée, si vous voulez réussir, vous devrez miser sur une seule plateforme et vous y concentrer pour travailler votre visibilité. C’est un pari qui peut être gagnant mais à long terme.

Aussi, en tant que consultant en communication digital, cela me paraissait assez illégitime d’avoir besoin de ce genre de plateforme pour trouver ses clients. J’ai jamais vraiment creusé le truc. (C’est un peu des apporteurs d’affaires avec une commission plus petite)

8) Réseaux sociaux

C’est un excellent levier à long terme. Si vous décidez de témoigner de votre expertise via l’écriture. Il est judicieux de coupler cela avec une stratégie social media. En tant que freelance, j’ai trouvé que ce n’était pas pertinent pour moi car cela nécessite des moyens en temps et en budget. Or, si ma capacité maximale est de 5 clients, il y’a beaucoup d’autres actions plus pertinentes.

9) Mailing

Là aussi, c’est un levier intéressant mais pas pour un freelance. En effet, c’est cher d’acheter un fichier de prospection. Et si vous souhaitez, avoir une stratégie de mailing, il vous faudra créer du contenu.

Pour démarrer, j’avais présenté par mail mon activité indépendante à tous mes contacts.

10) Goodies, flyers

Vous êtes freelance, pas une marque. Je pense que ce n’est pas pertinent. Je l’ai fait pour le plaisir mais il n’y a aucun intérêt. ^^

Merci d’avance, si vous souhaitez m’aider en relayant ce contenu sur les réseaux sociaux 😉

Leave a Comment

Articles liés

« La réussite, c’est un peu de savoir, un peu de savoir-faire et beaucoup de faire-savoir. » Jean Nohain

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer