fbpx

Pourquoi mon contenu pêche ?

Hola todos,

J’ai voulu faire un article réflexion sur pourquoi le site NetSkipper n’est plus aussi visible qu’avant.

L’image du dessus est une photo souvenir de moi et Google en 2010… La belle époque… Des petits Backlinks (liens effectués sur des sites externes vers mon contenu) un peu à droite à gauche, des noms de domaines optimisés avec des mots clefs dedans et hop ça rankait (se positionnait sur GOOGLE) tranquillou ! En 2021, j’ai l’impression que ça a bien changé… que Google s’est sacrément amélioré.

À l’époque, je faisais des projets sympas de type quelleheureestil.com le site qui donne l’heure sur tous les fuseaux “quelle heure est-il à Marseille ?”, quelle heure est-il en Nouvelle-Zélande !? Etc. Bref vous voyez l’idée. Et puis Google a décidé de tuer ce projet en mettant directement la réponse sur le moteur…

Screen from WayBackMachine 2012

J’avais aussi one-piece-streaming-vostfr.com qui trustait tranquillement ses requêtes avec les épisodes rutube que je mettais sur le site… et puis tout d’un coup, Google a décidé d’appliquer la loi et m’a dégagé du moteur.

oui quand j’aime un template je le garde 🙂

Bref, je me marrais bien.

Concernant netskipper.fr, j’avais rapatrié les contenus de nouslesgeeks.fr (anciennement le blog où j’écrivais) quelques liens naturels à droite à gauche mais un peu travaillé et hop en première page sur “community manager freelance”. Depuis, le site a été hacké et je me suis retrouvé sur un réseau de liens dégueux… Étant sur d’autres projets notamment nomad nation, j’ai laissé le site en l’état.

En 2020, je me suis associé à Joël ainsi qu’à d’autres freelances, j’ai refondu le site et sa charte graphique. J’ai voulu me remettre à truster ma requête chérie “community manager freelance” et j’ai bien l’impression que Google s’est nettement amélioré pendant mon absence…

Moi et mes backlinks en 2021

Après avoir tenté les rustines classiques (annuaires, échanges de liens etc.), très bon résumé de l’ensemble des techniques de backlinks possibles j’ai même perdu des places sur ma requête (sûrement en forçant un peu trop…)

Bref, en 2021, j’ai pris une GRANDE RÉSOLUTION, Google si tu m’entends, promis j’arrête les conneries, je m’engage à être assidu dans ma production de contenus. Toutes les deux semaines, le vendredi pendant 6 mois, je m’engage à faire un article de fond (de la qualité avant tout!! Sur mes thématiques préférées > webmarketing (SEO, community management, entreprenariat, digital nomadisme etc.)

Au bout de six mois, je ferai le bilan des contenus et des techniques mises en place qui ont marché et ceux qui ont moins bien marché et pourquoi. Si ça vous intéresse, je vous invite à nous suivre sur :

Et vu qu’une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, je vous partage mon top 5 des conseils qui font qu’un blog pêche ou non.

1) Écrivez pour vous

Quand je me suis lancé en freelance en 2013, j’ai effectué une prestation de rédaction d’articles pour une société B2B et j’ai eu la mauvaise idée de me dire que pour mes articles sur netskipper, je devais aussi rédiger de manière corporate. Résultat, j’ai écrit quelques articles bien corporate dont je n’avais aucune fierté. Je les avais à peine relayés à l’époque. Ce que je veux dire, c’est que pour qu’un contenu marche, il faut que l’on ressente la passion de l’auteur dans son écriture. C’est aussi ce qui peut faire qu’un enseignement va être apprécié ou non. Même si la matière est a priori inintéressante, un professeur passionné transmet sa passion à ses élèves et pourra faire naître des vocations.

2) Apportez de la valeur

Cela marche pour les articles, mais aussi pour communiquer de manière générale, c’est un axe de positionnement. Personnellement, pour moi qui suis consultant, c’est le positionnement que je veux pour mes contenus. Ainsi, il faudra rechercher ce qui apporte de la valeur au lecteur et l’expliquer de manière simple et dans votre style. Ne pas hésiter à demander l’aide de vos partenaires (Joël en l’occurrence ^^) pour que le contenu soit le plus qualitatif possible (relecture amélioration, orthographe).

3) Soyez transparent et sincère

C’est encore un des principes des médias sociaux, nous l’avions vu avec le journal de ma peau par Vichy où la responsable de la communication de Vichy se faisait passer pour une blogueuse qui testait des produits de beauté et qui faisait bizarrement de superbes articles pour les produits Vichy… Cet article en est un exemple, je vous avoue que je me suis fait hacker et que je souhaite retravailler mon trafic. Tous les conseils, que je donne ont été testés et approuvés de par mes expériences passées. Dans tous les cas, je suis persuadé, comme pour le blog de ma peau, sur le long terme, ce n’est pas viable.

4) Soignez l’accroche

Comme pour Youtube, la majorité des internautes vont lire votre accroche sur les réseaux sociaux, regarder l’image et le titre et décider s’ils vont cliquer ou non avant d’arriver sur votre site. C’est dans ce laps de temps qu’il faut inciter au clic. Je ne dis pas de mettre des photos d’ours à chaque fois, mais par rapport au point 1, si ça vous fait marrer déjà c’est bon signe. Ensuite, les émoticônes, et les titres accrocheurs : “les meilleurs xx testés et approuvés, le numéro 2 est exceptionnel !” à la brut ça marche pas mal 😉

5) Fixez vous une fréquence de publication

Là encore, c’est un des principes d’une stratégie qui marche : la fréquence de publication. Les influenceurs ou encore les marques qui ont du succès font des erreurs certes, mais produisent constamment du contenu. Mettre en place un rendez-vous hebdomadaire et sur le long terme fera la différence.

Et c’est parti !

Laissez un commentaire

Articles liés

« La réussite, c’est un peu de savoir, un peu de savoir-faire et beaucoup de faire-savoir. » Jean Nohain

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer